Goguette du 7 février 2005



Le tableau de la semaine (par le peintre Rome)




Miroir... La goguette au Limonaire 



 

BARRE KAROL

Texte d’Alain

Sur l’air du "Moribond" de J. Brel

 

Adieu Saint Pierre je t’aimais bien

Adieu Saint Pierre j’te rends les clés tu sais

De Marie j’ai embrassé l’culte

Et fricoté avec ses saints

Pour le reste je fais pas d’dessins

 

Adieu Saint Pierre les chants d’l’heure sonnent

Paix de nonnes et crêpes de deuil tu sais

C’est l’faux départ qui m’sonne à l’âme

Beignets d’saintes huiles par une roussette

Je trouve ça cool mais c’est l’alarme

 

J’veux d’la myrrhe j’veux d’lencens

J’veux des gros saints des gros cultes

J’veux d’la myrrhe

J’veux d’lencens

Avant de faire la culbute

 

Adieu jésus v’là l’infirmière

Re-pap’otage bouillon d’onze heures tu sais

Mais j’vais allumer l’dernier cierge

Elle est en play-back sous sa blouse

Elle a l’micro-sillon d’la vierge

 

J’veux d’la myrrhe j’veux d’lencens

J’veux des gros saints des gros cultes

J’veux d’la myrrhe

J’veux d’lencens

Avant de faire la culbute


Ça leur a fait mal aux patrons

Texte de Stan

Sur l’air de Frédo (les Frères Jacques)

 

Sachez donc que les 35 heures

Ça leur a fait mal aux patrons

Que, depuis, tous en douce ils pleurent

Le soir tout seul dans leur salon

Franch’ment si c’est pas une misère

De voir les forces vives à plat

Il paraît même qu’Antoine Seillière

En digère moins bien son foie-gras

C’est une catastrophe pour la France

Qui la mèn’ra à la banqueroute

J’ l’ai lu dans le Figaro-Finances

Et figurez-vous qu’au mois d’août

Ils partent même plus aux Bahamas

Pour y planquer leurs capitaux

Mais s’ mélangent à la populace

Dans des campings municipaux

 

Un jour, ils ont trouvé Jean-Pierre

Lui ont fait part de leur tracas

« Ecoute, mec, nous on désespère

« faudrait vite nous changer la loi »

Le Jean-Pierre, y a pas meilleur graine

Elevée aux bons laits du Poitou

De voir tous ces gens dans la gène

Ca lui fit des frissons partout

Lors, il a réuni ses ouailles

Et leur proclama haut et fort :

« Il faut r’mettre la France au travail

« Elle va faire un peu plus d’effort

« Je sens de bonnes vibes messieurs dames

« Je kiffe à fond cette perspective

« Depuis qu’il y a dans mon walkman

« Lorie en boucle, je positive » 

 

Réjouissons-nous braves salariés

Nos patrons ont r’trouvé l’ moral

Bon d’accord il fauf plus bosser

Pour un salaire ma foi égal

Mais c’est le bonheur à l’usine

A tel point que quand la cloche sonne

On reste en poste à nos machines

Au lieu d’aller r’trouver bobonne

C’est ça le paradis sur terre

On travaille tous dans l’allégresse

Faisant des heures supplémentaires

Même le dimanche après la messe

Y en a bien des qui par malice

Ont des vieux relents syndicaux

Heureus’ment qu’il y a une milice

Pour faire des lavages de cerveaux.


c'était moi démenti

Texte de Fred

c'était moi,
j'avais aimé à me méprendre,
je devais comprendre pour oublier
et les chavirements
et les retraits soudains
j’enfouissais le temps
de l’émoi, de l’intime retrouvé,
du corps dont j’eus joui
était-ce passé? avait-ce un sens?
Eh oui je comprends,
c’est pour oublier
cet émoi
démenti


Revenir à la page d'accueil de la goguette