Goguette du 14 février 2005



Le tableau de la semaine (par le peintre Rome)




Avenue Wagram 


 


LES CADEAUX DE LA ST VALENTIN

Sur l’air du "marchand de paratonnerre" de Georges Brassens

 

Parlez moi des amis et non pas des amants

Les amants d’aujourd’hui ne sont que de l’argent

Quel jour béni pour les entrepreneurs

Offrez lui une voiture vous gagnerez son cœur

Aimez le payez lui cette grandiose chose

Et n’oubliez surtout pas le nœud rose

 

Les propos sont les mêmes et les déceptions

Si tu n’as rien offert à cette occasion

Quittons nous dès aujourd’hui mon chéri

Si tu m’aime pas tant pour m’offrir dans les temps

Les parfums idéaux qui étaient en promo

Tu ne sais vraiment pas ce que je vaux

 

C’est la fête aujourd’hui des amoureux transis

Déclarent les médias d’une voix attendrie

Mais il faudrait compter également

Tous les couples déchirés à compter de l’instant

Où le cadeau n’est pas vraiment très conséquent

Et les polis bracelets en fer blanc

 

Moi j’en ai marre du rose

Qui cache les équimoses

Je me fou des rubans et de vos faux semblant

Je préfère être à la goguette

Et ignorer tranquille

Vos fêtes mercantiles

Nous l’amour on le fête

Quand notre cœur s’y prête

Pas sur un ordre mais bien dans le désordre


Ouverture

Texte de Fred

une caisse à outil en acier inox tombe
vers un lustre et sa coupole blanche

    … des vapeurs
    … vous avez des vapeurs ?

un jour blanc d’Eden
vous faîtes l’amour sur une étendue sans limite
on distingue au loin des tours HLM

    … encore des vapeurs ?

un plateau de bruyère
avec derrière, une montagne
deux triangles qui se chevauchent
formant une longue fissure
plus loin la rivière gonfle soudain
comment ne pas être emporté ?
un vieux tronc blanc là dressé

    … et ces vapeurs


Revenir à la page d'accueil de la goguette