Goguette du 30 mai 2005


 

Ma constit’ leur a pas plu

Texte de Stan  

Sur l'air de "Ma chanson leur a pas plu" de Renaud

 

J’avais écrit une constit’

Pour l’Union Européenne

Hier soir, elle a fait Pcshiit

C’ matin, j’ai un peu la haine

Mais j’ vais revoir ma copie

En faisant le tour des copains

Car perso, je suis flappi

Et j’ai b’soin d’un coup de main min-min-min

Lors j’ai rencontré Villiers

Qui descendait d’ son carrosse

En tapant son pal’frenier

Qui avait sali sa crosse

Il m’a dit, j’ veux une Europe

Où y’ aurait que des chrétiens

Laissons les turcs à la porte

Restons entre bons aryens

Puis rétablissons l’écu

Car depuis qu’il y a l’euro

Moi, j’ m’embrouille au Super U

Sur le prix d’un pack de Kro

Voilà mon projet, prends le

C’est peut être du baratin

Car pour faire plaisir à Dieu

J’ai du l’écrire en latin

Sa constit’ ne m’a pas plu

N’en parlons plus.

 

Je suis reparti d’ la Vendée

En étant un peu déçu

Bon ben j’ suis pas près d’ glander

Il faut qu’ je reprenne le dessus

Je me suis mis à ma table

Pour trouver des solutions

Mais j’ai rien trouvé d’ potable

Pour ma grande constitution – ça c’est con

Lors j’ai rencontré Fabius

Au salon des antiquaires

Où il était v’nu en bus

Pour avoir l’air prolétaire

Il m’a dit, l’ libéralisme

Aujourd’hui il faut que ça cesse

Moi, j’incarne le socialisme

Vu qu’ j’habite rue Jean Jaurès

J’ veux un service public fort

Pour maintenir dans l’Eurostar

En première classe le confort

Du plateau repas caviar

C’ projet, c’est pas du cinoche

Bon il est p’têtre illisible

Vu qu’ j’ l’ai écrit de la main gauche

Pour avoir l’air plus crédible

J’ l’ai pas trouvé très sincère

Mais j’ vais m’ y faire.

 

Et puis, j’ me suis dit fais chier

J’écris plus d’ constitution

Je laisse les autres négocier

Là, j’ suis à saturation

Désormais, j’ai b’soin de repos

Et surtout de bagatelle

Vite mon costard à carreaux

Pour attirer les donzelles avec zèle 

J’ai rencontré Cécilia

Qui sortait de Publicis

Ca tombe bien, paraît qu’elle a

En c’ moment le feu aux cuisses

Elle m’a dit écoute mon pote

J’ai envie d’ prendre du plaisir

Vite, retire moi ma culotte

J’ai les fesses en train d’ bouillir

Si tu veux, je peux t’ montrer

Une fois qu’on s’ra sous les draps

Des positions censurées

Même par le kama-sutra

Au matin, quand j’ suis sorti

J’avais beau être flagada  

Au fond d’ moi, j’étais ravi

En me répétant tout bas 

Qu’ Sarkhosy était cocu

               Ça, ça m’a plu !

 


Beaux de nuit
Texte de Fred

armé de faire
en petits fagots les mots scier
et devenir
un mur, un BEAU mur
ceignant
un réduit
d'idéal

et puis
ailleurs que là où ils se pensent
la douceur des êtres

à la tombée du jour
des pétales qui s'ouvrent
et s'étiolent dans l'espace et la lumière

 

Dans cette vie faite d'aubaines

Alain Terdit

Sur l'air de : "l'eau de la claire fontaine" de G. Brassens

 

Dans cette vie faite d'aubaines

Du "qui dit mieux", du "m'as-tu-vu"

C'est devenu un vrai problème

Personne ne se reconnaît plus

 

Le Pavillon au Picardie

L'a pris la fuite c'est certain

Mais cette histoire elle est finie

Toujours besoin d'un coup de main

 

Tous ceux qui disent, tous ceux qui causent

L'heure n'est plus aux conflits

Prenez le temps de faire une pause

Pourquoi rajouter aux soucis

 

En vérité, je vais vous l'dire

C'est d'espace qu'on a besoin

Plutôt que les liens se déchirent

Et que chacun soit dans son coin

 

Vous qui le dites du bout des lèvres

Humanité, ma patrie

Vous me faites monter la fièvre

Quand j'entends toutes vos conneries

 

Tous les conflits, un peu pareil

Notoriété fait grosse tête

Si vous voulez un bon conseil

Pas la peine de se prendre la tête

Se prendre la tête


Vive la magouille

Texte de Jany

Sur l'air de : "un clair de lune à Maubeuge"

 

Ecoutez cette nouvelle inouïe, incroyable

Parue dans l'figaro, journal on n'peut plus fiable

Le concours à l'école d'commissaire de police

Annulé en raison de trop nombreuses fuites

Mais je dis non, non, non, non, non

Mais où va-t-on si on refuse

Le droit d'tricher à nos poulets

 

REFRAIN :

 

On n'aura plus de sources sûre et discrètes

On n'pourra plus faire aboutir les enquêtes

Quê quê quê quêtes

Et sans indics, sans chantages et sans bakchichs

On n'pourra plus faire confiance à une police

Honnête

 

Que faire si nos ripoux, nos Vidocq, nos Fouché

Doivent montrer patte blanche dès le concours d'entrée

On n'combat pas le crime sans un peu s'y frotter

Faut être un peu complice pour bien l'évaluer

Et je dis non, non, non, non, non

Mais où va-t-on si la police

N'arrive plus à s'infiltrer

 

REFRAIN

 

Il faut sans hésiter accepeter les d'ssous d'table

Et tous les compromis entre flics et notables

Ouvrir les maisons d'passe, tolérer les clandés,

Acdepter l'racolage, l'hypocrisie, assez

Et je dis non, non, non, non, non

Mais où va-t-on si on empêche

Notre police de magouiller

 

REFRAIN


Revenir à la page d'accueil de la goguette