Goguette du 13 mars 2006


Tous des cons, toutes des connes

Texte de Stan

Sur l’air de « Harley Davidson » de Serge Gainsbourg

 

Je n’écoute jamais personne

Tous des cons, toutes des connes

Je n’ai besoin de personne

A l’hôtel Matignon

Les apprentis juniors

Je ne sais pas vous, mais moi j’adore

Faire travailler les petits

A la mine, à la mort.

 

Je n’écoute jamais personne

Tous des cons, toutes des connes

Je ne crois qu’en ma personne

Car y a qu’ moi qui raisonne

Je ne suis pas peu fier

De mon tout nouveau contrat précaire

Je l’ai fait pour mon ami :

Ernest Antoine Seillière.

 

Je n’écoute jamais personne

Tous des cons, toutes des connes

Je suis droit dans mes Weston

Quand je prends une décision

Etudiants, lycéens

Pour vous, j’ai fait sonner le tocsin

De ce foutu CDI

Vous boss’rez comme des chiens.

 

Je n’écoute jamais personne

Tous des cons, toutes des connes

Je n’ai besoin de personne

Seule compte mon opinion

Oui, vous pouvez gueuler

Je n’ai rien contre les défilés

Surtout s’ils sont en képi

Sur les Champs Elysées.

 

Je n’écoute jamais personne

Tous des cons, toutes des connes

Je n’ fais confiance à person

A part jean d’Ormesson

Vos manifestations

De la République à la Nation

Maint’nant qu’ y a plus Krasuky

Qui fait l’animation ? 

 

Je n’écoute jamais personne

Tous des cons, toutes des connes

Je crie dans mon mégaphone

Evacuez la sorbonne

Les trostkos, les anars

Je m’en tamponne le coquillard

S’ils veulent vivre au paradis

Qu’ils aillent au lupanar !

 

Je n’écoute jamais personne

Tous des cons, toutes des connes

Mais j’ai des projets en tête

Vous allez voir, c’est chouette

Faut baisser les salaires

Se débarrasser des fonctionnaires

Que les avantages acquis

Aillent griller en enfer

Que les avantages acquis

Aillent griller en enfer.


 

LE LIMOUSIN

Texte de François

Sur l'air de "le HLM" de Renaud

REFRAIN :        Putain c'qu'il est blême, le limousin

Y'a qu'de la porcelaine, et ça ça craint

 

1)      c'est bourré de vieux tarés

qui tirent sur tout ce qui bouge

chevreuils et sangliers

lapin et faisans rouges

Ils sont viandards à vie, et c'est triste à pleurer

 

2)      y'a d'la viande y'a d'la pomme

mais elles sont à gerber

sont bourrés d'pesticides

et sont gavés d'hormones

ras le bol de leur golden et de leur steak hachés

 

3)      y'a aussi des gros nains

qui défoncent les chemins

en moto, en 4 x 4

en quad super machin

rien à dire, respect mec : c'est la passion d'ces bourrins

 

4)      si vous passez par Limoche

y'a qu'du gris y'a qu'du noir

vous s'rez pas à la noce

Bonjour Morosité

Sinistrose Désespoir, dépression et saleté


Ce gars-là

Texte de Annie (Montreuil)

Sur l’air de : "le tourbillon de la vie" (Jeanne Moreau)

« Ce gars-là, moi, c’est vrai, j’le connaissais pas

Jamais entendu le son de sa voix

Ce gars-là a subi au fond d’une cave

des choses inimaginables »

 

« Un matin d’hiver, ils t’ont emmené

T’ont malmené, t’ont bousculé,

T’ont enfermé, t'ont ligoté,

Et l’enfer a commencé »

 

« La bande à Bagneux, gang de crapuleux

Cette bande de barbares, ce gang de sauvages,

Moi si je les tenais, moi si je les voyais j’sais pas comment je réagirai »

 

« Le pire c’est que tout ça, s’est déroulé

Je dirai presque sous mon nez

Souvent moi j’passe par Bagneux

Pour aller travailler

Pour aller travailler »

 

« A la télé, à la radio, on dit qu’ils t’ont pris parce que t’étais juif

Qu’un juif, c’est plus riche

C’est plus pratique

Et vive les raccourcis »

 

« Maintenant Ilan, moi, je vais te dire,

Ceux qui crient aux antisémites

Ils ont peut-être du mal à admettre

Que t’es mort pour rien

Juste mort pour rien »

 

« Fini les tortures avec ses ordures

J’te dis au revoir et puis ton voyage

A toi que j’connaissais pas »(bis)


Revenir à la page d'accueil de la goguette