Goguette du 20 mars 2006


ELLE EST A TOI

Texte d'Émilie

Sur l'air de "l'Auvergnat" de Georges Brassens

 

Elle est à toi cette chanson

Toi Villepin qui sans façon

Veux faire sauter les garanties

De cette saloperie d' CDI

 

Toi qui veux précariser qand

Les manantes et les manants

Tous les travailleurs du pays

Tous des feignants s'croient à l'abri

 

Ceux qui r'fusent les heures sup. à l'œil

Les toujours malades les plaisantins

Tous ceux-là vont moins rire demain

Quand y aura plus d'code du travail

 

Toi Villepin quand tu sauteras

Que 2007 t'emportera

On portera au septième ciel

Tes idées nouvelles

 

Elle est à toi cette chanson

Toi Galouzeau qui sans façon

M'a confié quelques apprentis

Que j'fais marner à moitié prix

 

Toi qui m'a confié ces mômes quand

Les manantes et les manants

Tous les travailleurs du pays

Voulaient des salaires plus fournis

 

Ce n'sont encore que des enfants

Mais grâce à eux je fais mon beurre

J'les paie pas cher et j'leur fais peur

Sans moi pas d'diplôme pas d'printemps

 

Toi Galouzeau quand tu sauteras

Quand 2007 t'emportera

On portera au septième ciel

Tes idées nouvelles

 

Elle est à toi cette chanson

Toi Dominique qui sans façon

Tiens bon contre vents et marées

Quand tout le monde bat le pavé

 

Toi qui est droit dans tes bottes quand

Les manantes et les manants

Tous les travailleurs du pays

Rient de te voir si décati

 

Tins bon Villepin serres les dents

Accroche-toi à ton CPE

Dans mon âme il brille de mille feux

A la manière d'un (beau) dividende

 

Toi Dominique quand tu sauteras

Que 2007 t'emportera

On portera au septième ciel

Tes idées nouvelles


LE CLEMENCEAU

Texte des funky ouistitis

Sur l'air de : "les copains d'abord" de Georges Brassens

 

Non ce n'était pas le radeau

De la méduse le Clémenceau

Aux Indiens on fait pas d'cadeau

on fait pas d'cadeau

 

Il pourrissait en père pénard

Comme une chaussette pleine de cafards

Et c'était les années Chirac

Les années Chirac

 

Les frais d'bouche de ces deux oiseaux

C'est l'P.I.B. du Lesotho

 Ils ont dit ça à la radio,

Ça à la radio

 

Et nos ministres en H.L.M.

Aux clodos ça leur fait d'la peine

Et c'était les années arnaques

Les années Chirac

 

Nos banlieues deviennent des ghettos

Et les rappeurs portent le chapeau

On nous prend pour des alcoolos

Pour des alcoolos

 

Sarko nous nettoye au karsher

Des charters s'envolent au Niger

Et c'était les années arnaques,

Les années Chirac

 

Les étudiants semblent fâchés

Car Villepin les a pas loupés

Le CPE c'est son idée

Oui c'est son idée

 

Les chômeurs sont pas épargnés

On leur sucre leurs indemnités

Et 'était les années ma claque

Les années Chirac

 

Depuis la fin de c'siècle retro

Y'a jamais eu autant d'fachos

Sans parler d'nos amis bigots

Qui montent au créneau

On vit dans un drôle de pays

On dirait qu'les gens se méfient

Et c'était les années réac

Les années Chirac


Moi tous les soirs

Texte de Annie (Montreuil)

Sur l’air de EL PUEBLO

 

« Moi tous les soirs quand je pars travailler

J’oublie jamais de me déshabiller

J’enlève mon cache-nez, les socquettes, le col roulé

J’enfile ma guêpière, mes porte-jarretelles, mon string en cuir. »

 

« Et puis juchée sur mes plus hauts talons, j’promène mes fesses

Et les vend à foison.

Il n’y a pas de sous-métier,

C’est ma place dans la société

J’suis travailleuse du sexe, j’ai pas honte

Et j’en suis fière »

 

« Mais d’puis 2003, les temps s’font durs pour moi

Depuis que Nicolas a décrété sa loi

A cause de lui, on peut plus racoler,

Et puis aussi si on s’fait attraper

On ira en prison et on paiera une grosse amende »

 

« Mais Nicolas, souvent t’es v’nu me voir

Et tu disais pas ça quand t’étais dans mes bras

Toujours au moment fatidique, tu m’criais merci merci

Et vive la république, et vive la nation !

 

« Je te jure, Nicolas, que tout cela va vite changer

Je veux « exercer » dans la sécurité » 

 

« Vous couchez avec nous et vous votez contre nous (bis)

Et vous croyez qu’on va s’laisser faire ! » 


UNE CHANSON DOUCE

Texte de Bérengère

Sur l'air de : "une chanson douce" de Henri Salvador

 

R         Une chanson douce

Que me chantait ma maman,

En suçant mon pouce

J’écoutais en m’endormant

 

Une gentille manif se prépare

On y va tous on restera tard

La Sorbonne est entourée d’blindés

Y a des tas de soldats casqués

 

Refrain

 

Le sale CRS que voilà

Qui s’attaque à tout ceux qu’il voit

Lalala

Avec sa matraque et ses gros bras

Va faloir accélérer l’pas

Tralalala

 

Refrain

 

On emmerde les flics la hiérarchie les CRS et les partis

Contre le gouvernement

On serre les dents

Nan nan nan nan


Revenir à la page d'accueil de la goguette