Goguette du 8 mai 2006


Enfin loin de l’Hexagone

Texte de Stan

Sur l’air de « Hexagone » de Renaud

 

Pour changer d’air avant l’été

Et voir un peu l’autre hémisphère

J’ai écoulé mes RTT

Avec ma douce à Buenos-Aires.

Là-bas, la bouffe est une vraie fête

Hélas, j’ai pris quelques kilos

Et j’ crains qu’à la prochaine goguette

On me confonde avec Carlos.

 

On a traversé la pampa

En galopant sur des chevaux

C’est aussi plat qu’ les Pays-bas

Et puis, va trouver un bistrot…

Le regard fier et les yeux vifs

J’avais tell’ment l’air d’un Gaucho

Que j’exigerai demi tarif

Au prochain congrès de Besanc’not.

 

Etre enfin loin de l’Hexagone

Avec de plaisants argentins

Ca fait du bien d’être loin du gnome

Et de Dominique de Villepin.

 

Dans les Andes, c’est vraiment tripant

D’écouter la musique tribale

On y entend d’ la flûte de pan

Un peu comme à Châtelet Les Halles

Les paysages sont étonnants

J’en avais jamais vu comme ça

C’est simple, on avait l’ sentiment

De voir sans arrêt Thalassa.

 

On a causé à des gringos

Qui mâchaient des feuilles de coca

Emmitouflés dans des ponchos

Fabriqués en poils de lamas.

Au départ, un p’tit peu maussades

Ils se sont très vite égayés

Quand on leur a dit : camarades,

Nous aussi on aime Lavilliers.

 

Etre enfin loin de l’Hexagone

Avec de plaisants argentins

Ca fait du bien d’être loin du gnome

Et de Dominique de Villepin.

 

On n’ pense plus aux conquistadors

Qui se sont conduits comme des hyènes

En assassinant sans remords

Toutes les populations indiennes :

Allez sors donc de ton buisson

J’ vais t’ montrer le rôle positif

De notre colonisation

En te faisant écorché vif.

 

Sous le régime des militaires

On a torturé avec zèle

Tous les gauchistes réfractaires

Et bon nombre d’intellectuels.

Imaginez qu’ chez nous en France

On ait connu ce scénario

Jamais on n’aurait eu la chance

D’entendre Arthur à la radio.

 

Etre enfin loin de l’Hexagone

Avec de plaisants argentins

Ca fait du bien d’être loin du gnome

Et de Dominique de Villepin.

 

C’est vrai qu’on a eu beau cherché

Au fin fond d’ la Patagonie

Mais qu’on n’a jamais pu trouvé

Aucune trace de Florent Pagny

Pour tout vous avouer, on regrette

Et surtout pour lui, c’est pas d’ pot

Car il fallait qu’on lui remette

Une lettre du service des impôts.

 

Hélas, juste avant mon départ

On m’a volé tous mes papiers

Ma carte bleue et mes dollars

Que ça m’a un peu énervé.

Terminée pour moi l’aventure

J’ partirai plus chez les sauvages

Pour les prochaines années, j’ t’assure

Que tu t’ content’ras de Paris-Plage.

 

On restera dans l’Hexagone

En espérant qu’ cette fois Villepin

Se soit barré avec le gnome

Très loin, très loin, encore plus loin.


LE CORBEAU ET LE RENARD

Texte d'Alain Terdit

 

Maître Corbeau, invisible de nature,

Convoque tous les médias, pour réveiller !

La Banque des banques européennes, blanchie

Les comptes de partis et des entreprises,

Aussi l'argent de Sarkozy

 

Dans d'hémicycle, c'est prise de bec à tout va,

Crise politique, crise de régime

Dans les couloirs, sonne le doux son de démission!

Guerre de pouvoir et de coup bas

Pendant que Ségolene Royal courtise l'opinion

 

Maître Deville pin, sur les sièges de l'assemblé,

Tenait à peu près ce discours

En ce qui concerne l'affaire CLEARSTREAM

Jamais au grand jamais, je n'ai diligenté

une enquête à l'encontre du rocket,

 

Mais maître Rocket, par les propos lâchés,

Lui tint à peu près ce langage

"Eh, bonjour, Monsieur Deville pin,

Que vous êtes joli !

Que vous me semblez beau !

Mais voyez je n'ai rien à voir dans cette histoire

 

Maître grand Jacques, en super menteur,

D'un gouvernement illégitime a la grippe aviaire,

Il soutien son premier sinistre par de grandes courbettes, pour que personne l'embête

Sachez que :

C'est le phénix des hôtes de nos lois." ..

 

A ces mots, Deville pin, ne sent plus sa joie;

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber ces mots,

J'entends ceux qui accusent,

Mais j'entends aussi ceux qui accusent pas

J'accuse aussi ceux qui accusent pas.

Le Rocket s'en saisit, et dit :

"Mon bon monsieur, Apprenez que tout délateur

Vit aux dépens de celui qui l'écoute.

Cette leçon vaut démission, sans doute." . ,

 

Devillepin, honteux et confus, jura,

mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus


A QUOI CA SERT L'AMOUR ?

Texte de Bernardo

Sur l'air de "a quoi ça sert l'amour ?" Edith Piaf avec Théo Sarapo

 

A quoi ça sert l'amour ?

On raconte toujours

Des histoires insensées

A quoi ça sert d'aimer ?

 

L'amour s'explique très bien !

C'est un trucage ancien !

Qui vient on ne sait d'où

Mais vous sert tout à coup.

Moi, j'ai entendu dire

Que l'amour fait souffrir,

Que l'amour fait pleurer,

A quoi ça sert d'aimer ?

 

L'amour nous sert à quoi ?

A nous donner le pouvoir

Mettr larmes à leurs yeux…

C'est utile et merveilleux !

 

Pourtant on dit souvent :

"l'amour est décevant"

il y en a un sur deux

qui n'est jamais heureux…

 

Même quand on l'a perdu

L'amour qu'on a connu

Nous laisse manipuler

Il n'y a qu'à gesticuler

 

Tout ça c'est très joli,

Mais quand tout est fini

Il ne nous reste rien

Je dors chez mon copain…

 

Tout ce qui maintenant

Te semble emmerdant

Demain, sera pour toi

Une source d'emploi !

 

En somme, si j'ai compris,

Sans amour dans la vie,

Sans ses joies, ses chagrins,

Tu es un meilleur citoyen ?

 

Mais oui ! regarde-moi !

A chaque fois j'y crois !

Et j'y croirai toujours…

Ça sert à ça, l'amour!

 

Mais toi, t'es la première !

Avant toi, y avait rien

Avec toi je suis bien ! (dans les sondages)

C'est toi que je voulais !

 

 C'est toi qu'il me fallait

Toi me fera gagner toujours…

Ça sert à ça l'amouuuuuur !…


Revenir à la page d'accueil de la goguette