Goguette du 29 mai 2006


Le père Lagrâce

Texte de Nanou

sur l’air de "Le père Lapurge" de Constant Marie

 

Encore une belle comédie,

Une nouvelle polémique,

Dans le royaume de Chiraquie,

Et sa bizarre politique.

Maintenant il faut amnistier,

Les médaillés pas catholiques,

Ceux qui quand ils sautaient des haies,

Ramenaient de l’or olympique.

 

Mais où se trouve la morale,

Pour ceux qui un jour dans leur vie,

Ont pris de la viande à l’étal,

Pour pouvoir nourrir leurs petits,

Et qui sans la moindre pitié,

Se sont retrouvés en prison,

Alors que d’autres sont excusés,

D’avoir empoché des millions.

 

Que dira l’automobiliste,

Sommé de payer illico,

Une contredanse irréaliste,

Pour trois kilomètres heure en trop.

C’est désolant pour les précaires,

Les anonymes et les chômeurs,

Qui vont de galères en galères,

Mais qui ne sont pas des sprinters.

 

République de passe-droits,

Vous manœuvrez l’incohérence,

Auto blanchissez à tout va,

Quel triste bilan pour la France.

Arrêtez donc vos facéties,

Ca en devient presque indécent,

Et cette nouvelle amnistie,

Discrédite les dirigeants.


Mon François

Texte de Stan

Sur l’air de « Mon p’tit loup » de Pierre Perret

 

T’en fais pas, mon François

C’est la vie, ne pleure pas

T’oublieras, mon François

Ne pleure pas

 

Pourquoi as-tu cet air austère

On dirait que tu es tout triste

Enfin quoi, t’es premier s’cretaire

De notre parti socialiste

On te d’mande pas de faire le pitre

Encore moins d’être un boute-en-train

Seul’ment, t’as l’air tell’ment sinistre

Qu’on croirait voir Lionel Jospin.

 

T’en fais pas, mon François

C’est la vie, ne pleure pas

T’oublieras, mon François

Ne pleure pas.

 

Oui quand tu parles à la tribune

Tu as tendance à nous gonfler

C’est simpl’, l’autre soir, à Béthune

Tout’ la salle s’est mise à ronfler

C’est sûr que ça manquait d’entrain

Essaye d’être plus dynamique

A côté d’ toi, Philippe Seguin

A l’air d’une vraie pile électrique.

 

T’en fais pas, mon François

C’est la vie, ne pleure pas

T’oublieras, mon François

Ne pleure pas.

 

Non y’ en a plus qu’ pour ta gonzesse

Ils ont tous son nom à la bouche

Faut dire qu’elle s’affiche ta princesse

Ell’ s’ f’rait même filmer sous la douche

C’est sur qu’elle a de belles trouvailles

Elle a promis aux ouvriers

Que, dans l’ futur, leur bleu d’ travail

S’rait fait par de grands couturiers. 

 

T’en fais pas, mon François

C’est la vie, ne pleure pas

T’oublieras, mon François

Ne pleure pas.

 

Si tu veux pas qu’on soit has been

Fais un peu preuve d’autorité

Dis y qu’elle reste dans sa cuisine

A t’ faire des p’tits plats mijotés

Oui, y en a marre de Ségolène

Qui est en train d’ nous faire la nique

Si tu pouvais, dans sa verveine,

Y plonger un peu d’arsenic.

 

T’en fais pas, mon François

C’est la vie, ne pleure pas

T’oublieras, mon François

Ne pleure pas.

 

Allons ressaisis-toi, mon gars

Y a la Chiraquie qui s’écroule

2007, ça nous tend les bras

On peut reconquérir les foules

C’est pas parce que t’as pas la côte

Qu’il faut faire couler le navire

Au pire, tu fais comme ta cocotte

Tu parles beaucoup pour ne rien dire

 

T’en fais pas, mon François

C’est la vie, ne pleure pas

Tu n’ finiras jamais chef d’Etat

 

T’en fais pas, mon François

C’est la vie, ne pleure pas

Tu sais bien que demain, on t’oubliera.


L'ANAMOUR

Texte de Berengère et Déborah

Sur l'air de "l'anamour" de Serge Gainsbourg

 

Je t'indiquerai l'panneau exit,

Je te pointerai la porte exacte,

Et pour que tu t'casses au plus vite,

J'te botterai l'cul à coup d'savate

 

J'irai jusqu'à t'filer mon or,

Et ma collec de grosses voitures,

Si t'acceptes, j't'en donnerai encore,

Mais je t'aurais ma p'titie enflure…

 

Je te hais, je tiens,

A te le prouver,

Je t'écraserai bien

Sur les marches de l'Elysée,

Avant le premier tour !

 

Tu sais cette affaire pas très claire,

Dans laquelle je t'ai jeté

J'voudrais t'y voir jusqu'à plus clair

Te débattre et puis t'y noyer

 

On fait un deal, toi tu te casses,

Moi je m'installe à l'Elysée,

Toi tu retrouves ta pétasse,

A New York vous n'me ferez plus chier

 

Je te hais, je tiens,

A te le prouver,

Je t'éjecterai bien des rangs de l'u ème pé

Avant le premier tour !

 

Je te hais je tiens,

A te le prouver

Je te ruinerai bien

Pour que tu puisses plus passer

Au premier tour !


Revenir à la page d'accueil de la goguette